Tours Métropole Val de Loire à gauche en 2026 ? Episode 1 : récupérer Fondettes.

À la Une

Alors que Tours Métropole végète depuis des mois, empêtrée dans des dysfonctionnements managériaux, dans le discrédit d'une partie de ses élus pris dans des affaires judiciaires et dans un déni de représentativité, la majorité de gauche et écologiste élue à la Ville de Tours en 2020 n'ayant aucun poste exécutif, il est temps de repenser la stratégie pour sortir de l'impasse. La droite Augis-Briand entretient le mythe de la cogestion et de « la métropole des maires » dans laquelle les édiles, redevenus notables du Second Empire, s’entendraient politiquement entre gens de bonne compagnie autour d'un réjouissant repas, à chacun sa piscine, son local technique ou sa passerelle sur la Loire et tout le monde est content avant même de passer au dessert. De son côté, la gauche souffre encore d'un impensé autour de la stratégie à adopter pour la suite, l'ombre de Jean Germain planant encore sur une partie des élus tentés par une gestion à la papa de la métropole. L'objet de cette série d'articles qui commence donc aujourd'hui est de faire l'état des lieux de la gauche et de l'écologie dans chaque commune de la métropole et d'évaluer le chemin qu'il reste à parcourir pour construire une véritable majorité métropolitaine de gauche, avec des espaces de discussion et l'espoir d'un programme commun clair à présenter aux électeurs de toute la métropole en 2026. C'est une question de démocratie et d'urgence, écologique et sociale.

Le parcours de soin de Justine, bipolaire

À la Une

Quatrième partie du dossier spécial de la rentrée dédié à l'état de la psychiatrie en France : un entretien intime avec Justine, diagnostiquée bipolaire, qui nous a reçu à la clinique de Vontes, non loin de Tours. L'occasion pour nous de revenir sur son parcours thérapeutique et sur la structure où elle est régulièrement suivie depuis presque 20 ans.

Henri Alfandari, Horizons et le nouveau nouveau monde

À la Une

Candidat suprise arrivé en tête dans la troisième circonscription d'Indre-et-Loire, Henri Alfandari est un homme pressé. Inconnu il y a deux ans, maire, délégué de com-com, conseiller départemental et peut-être bientôt député, notre novice en politique est également un excellent communiquant. Pourtant, au-delà de son image publique parfaitement maîtrisée, le personnage gagne à être connu en détail. Portrait.

Petites biographies des membres du gouvernement Borne I

Voici une synthèse biographique des 28 membres du gouvernement Borne, ne s'y trouvent que les informations publiques. Il y a 14 hommes et 14 femmes, une petite moitié vient de Paris, une petite moitié a des parents de catégories sociales supérieures, seulement deux personnes ont un bac+3 et quatre un bac+8, tous les autres ont des bac+5, avec une culture d'ingénieur ou de cadre A de la fonction publique, passés par de grandes écoles, avec une surreprésentation de Sciences Po Paris. Seulement deux personnes ont pratiqué des métiers classiques, et encore, pendant très peu de temps, les 26 autres ont eu des carrières éclatantes, entre le public et le privé (Saint Gobain, Axa, Dexia, Carrefour). 10 viennent du PS, 12 de la droite, 6 de la société civile. Une petite moitié a des conjoints issus des élites universitaires et économiques, parmi ces conjoints, le patron de la Société Générale et celui de Carrefour, un directeur opérationnel d'Engie et des cadres sup' de Google, Boston Consulting Group. Sociologiquement, ils sont essentiellement représentatifs du 5% le plus élevé de la pyramide sociale.

Malaise à Amboise : Thierry Boutard sous le feu des critiques

Élu maire d'Amboise et de sa communauté de communes à l'été 2020, Thierry Boutard affronte depuis peu une vague de contestations sans précédent : opposition, agents municipaux, collaborateurs et maintenant élus de sa majorité alertent sur les dérives dans la pratique du pouvoir du premier édile.

Tours Métropole à droite toute : l’exemple de Sébastien Marais

Pour cette deuxième livraison de portraits des membres du nouvel exécutif de Tours Métropole, on s'intéressera à Sébastien Marais. Le maire controversé de la petite commune de la Membrolle-sur-Choisille devenu vice-président presque par hasard en 2020 et confirmé cet été dans ses fonctions par le tandem Augis-Briand est en charge à la métropole du dossier explosif de l'accueil des gens du voyage. Qui est ce jeune élu qui a commencé la politique il y a moins de dix ans ? Que nous dit sa nomination des stratégies et orientations politiques de la majorité de droite à la métropole ? Quelles sont les perspectives politiques sur les questions liées aux gens du voyage ?

Les podcasts de Joséphine #5 : Wilfried Schwartz, nouveau baron de Tours-Métropole

En marge d’élections municipales dont on ne peut pas dire qu’elles aient été un raz-de-marée d’enthousiasme républicain, s’est déroulé un subtil jeu de manœuvres et de négociations qui a abouti à l’élection à la tête de Tours-Métropole de Wilfried Schwartz. Le maire de La Riche a indéniablement le vent en poupe et continue ainsi son ascension en prenant la présidence de la jeune collectivité qui, plus que jamais, se montre bien éloignée des préoccupations des citoyens. Petit retour sur cette séquence bien ficelée.

Wilfried Schwartz, nouveau baron de Tours-Métropole

En marge d'élections municipales dont on ne peut pas dire qu'elles aient été un raz-de-marée d'enthousiasme républicain, s'est déroulé un subtil jeu de manœuvres et de négociations qui a abouti à l'élection à la tête de Tours-Métropole de Wilfried Schwartz. Le maire de La Riche a indéniablement le vent en poupe et continue ainsi son ascension en prenant la présidence de la jeune collectivité qui, plus que jamais, se montre bien éloignée des préoccupations des citoyens. Petit retour sur cette séquence bien ficelée.